Grégory Cuilleron : Cuisine et société
publié le 29 novembre 2019
Manager mon entreprise , Portrait
Le Lyonnais Grégory Cuilleron est devenu un entrepreneur reconnu, ainsi qu’un porte-parole des personnes handicapées. Cuisinier, consultant, animateur, ambassadeur engagé et auteur, il a publié en février 2020 un livre, coécrit avec Alexis Jenni, sur le handicap et la persévérance : La vie à pleine main, aux éditions Albin Michel.

uite aux émissions « Un dîner presque parfait » et « Top Chef », j’ai reçu de nombreux témoignages de familles et de personnes handicapées me désignant comme exemple ; j’ai été surpris car mon handicap n’a jamais été un problème », raconte Grégory Cuilleron. Né avec une agénésie (absence de formation d’un membre) de l’avant-bras gauche, le jeune homme enchaîne études de droit, de commerce puis se lance dans la communication. Le tremplin du petit écran le propulse cuisinier professionnel. Aujourd’hui, il est chef du restaurant Le Comptoir Cecil en duo avec Rosie Nott, un lieu atypique en plein cœur de la presqu’île lyonnaise qui casse les codes de la restauration traditionnelle permettant de venir manger à toute heure. Le Lyonnais de 39 ans a sorti l’ouvrage Qu’est ce qu’on mange ce soir ? chez Hachette Cuisine, dans lequel il propose 160 recettes simples et accessibles pour les repas de la semaine, et après trois saisons de Tournée des popotes (France 5) où il allait à la rencontre de chefs dans leur pays, il réfléchit à une nouvelle émission alliant découverte et cuisine. Autre activité : les ateliers qu’il anime dans des écoles de la région parisienne pour la société Elior : « J’adore transmettre. Nous parlons du bien-manger et les enfants abordent spontanément le handicap. L’idée est aussi de faire tomber les barrières, de dire que le fait de n’avoir qu’une main n’empêche pas d’agir ».

Énergique et affable, Grégory Cuilleron s’implique au quotidien pour le soutien de l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Il a notamment été l’ambassadeur de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph) pendant 8 ans. « C’est une façon d’apporter ma contribution ; cette question sociétale et politique me passionne de plus en plus. Quand j’ai commencé, on me brandissait le taux de personnes handicapées dans les entreprises, maintenant on me parle des réussites ». Il intervient aussi auprès du public valide et non valide pour faire bouger les mentalités dans le monde du travail. « Je dis souvent aux personnes handicapées de se bouger, de se vendre et d’être didactiques sur leur situation. Je ne suis pas là pour faire la morale, on fait tomber les fantasmes, on encourage ». Autre problématique majeure, l’accès à la formation : « Les questions de l’éducation et de l’emploi ne doivent faire qu’un. Il faut aussi fédérer les bonnes idées et les réussites au niveau européen ». En parallèle, Grégory Cuilleron est parrain des « Eurocks Solidaires » visant à améliorer l’accès au festival : « Il n’y a pas que le boulot dans la vie ! L’accès autonome à la culture et au sport est aussi essentiel ! ». D’où son action auprès des clubs sportifs afin que davantage de sections handisports voient le jour. Autant de sujets que le cuisinier défend avec enthousiasme et humour. Riche de ses diverses expériences, Grégory Cuilleron va publier en mars le livre La vie à pleine main. Co-écrit avec l’écrivian lyonnais Alexis Jenni, cet ouvrage aborde son étonnant parcours et le sujet du handicap.