Valérie Lorentz-Poinsot : Wonder woman engagée pour l’égalité professionnelle
publié le 14 février 2020
Manager mon entreprise , Portrait
Valérie Lorentz-Poinsot est directrice générale des laboratoires Boiron. Elle a intégré l’entreprise en 2000 comme chef de produit et défend avec conviction l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, ainsi qu’un management porteur de sens.

rande première au sein des laboratoires Boiron nés dans les années 30 : la nomination, début 2019, d’une personne extérieure à la famille Boiron, Valérie Lorentz-Poinsot, en tant que directrice générale. Et première femme à occuper ce poste !

Entrée comme chef de produit, la jeune femme devient ensuite adjointe à la direction du développement médical puis directrice du développement médical et directrice générale adjointe. Un parcours qu’elle résume ainsi : « C’est en grande partie parce que j’ai osé que j’ai avancé. Très vite, je suis allée à la rencontre du directeur général de l’époque, Christian Boiron, pour lui expliquer ce qui me semblait être perfectible. Ma franchise a plu ». Cette liberté d’oser, Valérie Lorentz-Poinsot enjoint les femmes à l’assumer dans son livre « Wonder women, dites oui à vos pouvoirs », publié en 2015. Engagée pour la mixité professionnelle, elle a pris la présidence de l’International Women’s Forum Auvergne Rhône-Alpes, organisation qui œuvre pour l’égalité femme-homme dans la société. « Les dirigeantes doivent s’entraider davantage et ont un rôle collectif à jouer : celui de veiller à ce que toutes les femmes puissent se réaliser dans le monde du travail et personnellement », souligne-t-elle.

Sur le terrain et au front

Sa carrière, Valérie Lorentz-Poinsot l’a menée dans l’optique « d’agir, de contribuer à la communauté ». Attirée par la publicité depuis sa jeunesse, elle décroche une maîtrise de sciences économiques et de marketing à l’Université de Dijon puis est recrutée chez Publicis. Elle devient ensuite visiteuse médicale pour un laboratoire pharmaceutique. Ce changement de voie apparaît comme une évidence : « Très vite, j’ai apprécié l’univers de la santé et des médicaments. Dans ce secteur, on est dans le concret ». La jeune professionnelle fait ses armes sur le terrain puis accède à la fonction de chef de produit et engrange différentes expériences avant de rejoindre les laboratoires Boiron qui, en 2019 ont dû faire face à une crise majeure avec l’annonce du déremboursement des médicaments homéopathiques, ajoutée à des résultats historiquement mauvais.

Communication et évolution

Attachée à un management de proximité, Valérie Lorentz-Poinsot a géré cette situation dans la transparence : « J’ai organisé de nombreuses réunions d’explication et de décryptage pour que tous les salariés puissent en permanence comprendre les grandes lignes de la stratégie que nous menons. Je prends également le temps d’aller à la rencontre des nouveaux arrivants et des équipes. J’ai par exemple créé, à côté du restaurant d’entreprise, un « homéo café » qui me permet de croiser les salariés et d’échanger de façon informelle avec chacun ». Autre exemple de son mode de management, la dirigeante encourage les salariés à passer la voir ou à lui envoyer un mail pour lui soumettre idées et suggestions. Elle en a reçu beaucoup suite à son discours d’investiture.

Cette approche s’inscrit dans la démarche globale RSE de l’entreprise, dont le dernier « index de l’égalité femmes-hommes » fait apparaître une note de 84/100 basée sur 5 indicateurs : l’écart de rémunération femmes-hommes, l’écart de répartition des augmentations individuelles, l’écart de répartition des promotions, le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité, et le nombre de personnes du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations. Pour cette femme de pouvoir qui s’assume, « le management est clairement ce qui fait la différence dans une entreprise. Expliquer son action, donner du sens a pour effet de mobiliser les collaborateurs ».

Chiffres clés Boiron

3 672 collaborateurs
33 implantations en France métropolitaine (plateforme logistique, sites de production, établissements de distribution)
21 filiales hors France métropolitaine
CA 2018 : 604 M€